ERASMUS +

Erasmus+ est le programme de l’Union européenne (UE) dans les domaines de l’éducation, la formation, la jeunesse et du sport pour la période 2014-2020. Le programme vise à contribuer :

  • à la réalisation des objectifs de la stratégie Europe 2020 et du cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation (Éducation et formation 2020) ;
  • au développement durable des pays partenaires dans le domaine de l’enseignement supérieur;
  • à la réalisation des objectifs généraux du cadre renouvelé pour la coopération européenne dans le domaine de la jeunesse (2010-2018) ;
  • à la réalisation de l’objectif de développement de la dimension européenne dans le sport ;
  • à la promotion des valeurs européennes conformément à l’article 2 du traité sur l’UE.

Pour atteindre ces objectifs, le programme dispose d’une enveloppe financière indicative globale de 14,774 milliards d’euros sous la rubrique 1 et de 1,68 milliards d’euros sous la rubrique 4 du budget de l’UE pour les sept années du programme (2014-2020). 77,5 % du budget seront alloués au soutien des actions dans les domaines de l’éducation et de la formation.

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES

Les objectifs spécifiques du programme Erasmus+ dans les domaines de l’éducation et de la formation visent à :

  • améliorer le niveau des compétences et des aptitudes clés ;
  • favoriser l’amélioration de la qualité, l’innovation, l’excellence et l’internationalisation au niveau des établissements d’enseignement et de formation ;
  • promouvoir l’émergence et sensibiliser à l’existence d’un espace européen de l’éducation et de la formation tout au long de la vie ;
  • renforcer la dimension internationale de l’éducation et de la formation ;
  • améliorer l’enseignement et l’apprentissage des langues et promouvoir la vaste diversité linguistique de l’UE ainsi que la sensibilisation à la dimension interculturelle.
PRIORITÉS HORIZONTALES

Dans ce contexte et conformément au programme de travail annuel adopté par la Commission, les priorités stratégiques suivantes ont été définies :

  • développer des compétences de base et transversales telles que l’esprit d’entreprise, les compétences numériques et le multilinguisme ;
  • accroître l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’enseignement et l’apprentissage ;
  • favoriser la cohérence entre les différents outils européens et nationaux en matière de transparence et de reconnaissance ;
  • soutenir les projets innovants visant à réduire les disparités des acquis d’apprentissage qui affectent les apprenants issus de milieux défavorisés / ayant moins de possibilités – y compris les apprenants en situation de handicap ;
  • soutenir l’adaptation du financement et de l’investissement dans l’éducation et la formation aux nouveaux besoins et la conception de stratégies de financement améliorées pour le développement des compétences.
PRIORITÉS SECTORIELLES

Pour l’enseignement supérieur, la priorité sera accordée aux projets :

  • contribuant à la modernisation des systèmes d’enseignement supérieur d’Europe tel que décrit dans le programme européen de modernisation arrêté par l’UE en 2011, relevant la qualité et la pertinence de l’enseignement supérieur, améliorant la qualité grâce à la mobilité et à la coopération transnationale, activant le triangle de la connaissance et améliorant la gestion et le financement ;
  • appuyant la mise en œuvre de la communication de 2013 sur l’ouverture de l’éducation, en encourageant la conception de nouveaux modes d’enseignement.

Pour l’enseignement et la formation professionnels (EFP), la priorité sera accordée aux projets qui visent à :

  • établir des partenariats entre le monde de l’éducation et le monde de l’emploi ;
  • améliorer la pertinence de l’offre d’EFP pour le marché du travail et réduire les décalages entre l’offre et la demande de compétences et les pénuries de compétences dans les secteurs économiques grâce à une adaptation des programmes d’enseignement et des profils de qualification ;
  • améliorer la transparence et la confiance mutuelle entre les systèmes d’EFP grâce à une mise en œuvre des recommandations de l’ECVET et du CERAQ ;
  • encourager la promotion d’un EFP continu facilement accessible et axé sur la carrière professionnelle ;
  • promouvoir le développement des aptitudes et compétences des enseignants et des formateurs ;
  • aligner les politiques en matière d’EFP sur les stratégies nationales, régionales ou locales de développement économique.

Pour l’éducation scolaire, la priorité sera accordée aux projets :

  • contribuant à améliorer les niveaux de qualification des jeunes, en particulier de ceux fortement exposés au risque de décrochage scolaire et possédant de faibles compétences de base ;
  • visant la mise en place de dispositifs d’éducation et d’accueil de la petite enfance abordables et de qualité ;
  • visant à améliorer et à renforcer les métiers de  l’enseignement.

Pour l’éducation des adultes la priorité sera accordée aux projets qui :

  • contribuent à la réduction du nombre d’adultes peu qualifiés et à l’amélioration de leurs compétences de base ;
  • fournissent des informations sur l’accès aux services d’éducation des adultes, notamment sur la validation de l’apprentissage non formel et informel et sur l’orientation professionnelle et pédagogique ;
  • améliorent et élargissent l’offre de possibilités d’apprentissage de haute qualité adaptées aux apprenants adultes ;
  • développent les aptitudes des éducateurs pour adultes à gérer des groupes diversifiés d’apprenants et à mettre à profit les nouvelles technologies pour mieux atteindre les apprenants et améliorer les résultats de leur enseignement ;
  • évaluent l’efficacité des politiques d’éducation des adultes aux niveaux national, régional et local.
LA STRUCTURE DU PROGRAMME ERASMUS+

Afin d’atteindre ces objectifs, le programme Erasmus+ propose les actions suivantes :

ACTION CLÉ N° 1: MOBILITÉ DES INDIVIDUS

Cette action clé soutient :

  • la mobilité des apprenants et du personnel ;
  • les masters conjoints Erasmus Mundus ;
  • la garantie de prêt pour étudiants en master.
ACTION CLÉ N° 2: COOPÉRATION EN MATIÈRE D’INNOVATION ET D’ÉCHANGES
DE BONNES PRATIQUES

Cette action clé soutient:

  • les partenariats stratégiques transnationaux destinés à développer des initiatives relatives à un ou plusieurs domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse ;
  • les alliances de la connaissance entre les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises ;
  • les alliances sectorielles pour les compétences soutenant la conception et la réalisation de programmes de formation professionnels communs et de méthodologies d’enseignement et de formation ;
  • les projets visant à renforcer les capacités soutenant la coopération avec les pays partenaires dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la jeunesse ;
  • les plates-formes de soutien informatique, comme eTwinning, la plate-forme européenne pour l’éducation et la formation des adultes (EPALE) et le portail de la jeunesse européenne.
ACTION CLÉ N° 3: SOUTIEN A LA RÉFORME DES POLITIQUES

Cette action clé soutient :

  • les connaissances dans les domaines de l’éducation, la formation et la jeunesse ;
  • les initiatives de prospective pour favoriser l’élaboration de politiques innovantes et permettre aux autorités publiques de tester l’efficacité des politiques innovantes ;
  • le soutien aux outils stratégiques européens pour faciliter la transparence et la reconnaissance des compétences et certifications ;
  • la coopération avec les organisations internationales (comme l’OCDE et le Conseil de l’Europe);
  • le dialogue avec les parties prenantes et la promotion du programme et des politiques auprès des autorités publiques, des fournisseurs et des parties prenantes dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse.

Deux actions spécifiques, l’initiative Jean Monnet  qui favorise l’enseignement, la recherche et le débat sur l’histoire, la politique, l’économie, le droit, etc., de l’Union européenne et la coopération dans le domaine du sport complètent ce nouveau programme.

ACTIVITÉS JEAN MONNET

Les activités Jean Monnet soutiennent :

  • les modules académiques, les chaires, les centres d’excellence ;
  • les débats avec le monde universitaire ;
  • l’aide aux établissements et associations chargées des études et problématiques sur l’UE, et/ou qui poursuivent un objectif d’intérêt européen ;
  • les études et les conférences sur les problématiques actuelles de l’UE.

Pour plus d’informations

SPORT

Les actions suivantes dans le domaine du sport sont soutenues dans le cadre du programme Erasmus+ :

    • les projets de collaboration ;
    • les manifestations sportives européennes à but non lucratif ;
    • les actions visant à renforcer les données disponibles pour l’élaboration de politiques ;
    • le dialogue avec les parties prenantes européennes concernées.

Pour plus d’informations

LES PAYS ÉLIGIBLES

Le programme Erasmus + est ouvert aux pays suivants :

Les pays participant au programme :

  • les pays membres de l’Union européenne ;
  • Islande, Liechtenstein, Norvège, Turquie, Ancienne République Yougoslave de Macédoine.

Les pays partenaires :

  • Les pays du voisinage européen à l’Est (Arménie, Azerbaïdjan, Biélorussie, Géorgie, Moldavie, Ukraine) et au Sud (Algérie, Maroc, Tunisie, Lybie, Égypte, Palestine, Jordanie, Israël, Liban, Syrie), les Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie Herzégovine, Kosovo, Monténégro, Serbie), la Russie ;
  • Les pays du monde entier : Amérique, Asie, zone Afrique – Caraïbes – Pacifique.

Concernant les projets de mobilité, seules les organisations d’un pays participant au programme peuvent être candidates à l’action clé 1. De même, seules les organisations d’un pays du programme Erasmus+ peuvent accueillir une mobilité dans le cadre de cette action.
Pour le secteur de l’enseignement supérieur, des mobilités depuis et vers les pays partenaires seront possibles à partir de 2015.

Les organisations des pays partenaires peuvent prendre part à certaines actions du programme selon des conditions spécifiques.

Dans le cas des partenariats stratégiques, les organisations de pays partenaires peuvent être partenaires du projet, mais elles ne peuvent pas être coordinatrices. Elles ne peuvent non plus accueillir de mobilités d’apprenants dans le cadre de ces partenariats.

20 millions de budget supplémentaire proposés pour Erasmus+

La Commission européenne vient de proposer 20 millions de budget supplémentaire pour le programme Erasmus+, programme de l’Union pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport de l’Union.

Ces fonds résultent de la reprogrammation des ressources non utilisées les années précédentes et sont, en outre, une contribution à la nouvelle initiative de l’UE visant à créer des universités européennes. Au sein de ce réseau d’universités européennes, les étudiants pourront combiner des études dans plusieurs pays de l’UE pour obtenir leurs diplômes.

Jusqu’en 2021, 12 universités de ce genre devraient être mises en place. Cette nouvelle initiative constituera la pierre angulaire de l’espace européen de l’éducation d’ici 2025.

La proposition de la Commission européenne doit encore être approuvée par le Parlement européen et le Conseil.


Pour plus d’informations:

Building Partnerships for a Learner-Centred Approach

Du 2 au 4 octobre 2019 aura lieu à Bratislava (Slovaquie) un séminaire de contact ayant pour thème « Building Partnerships for a Learner-Centred Approach »

Les objectifs principaux du séminaire seront :

  • de favoriser l’échange de bonnes pratiques en matière de formation initiale et continue des enseignants ;
  • de présenter des méthodologies d’enseignement innovantes, axées sur un enseignement et un apprentissage centrés sur l’apprenant;
  • de planifier de nouveaux projets Erasmus+.

Le séminaire de contact s’adresse principalement aux enseignants de l’enseignement fondamental et secondaire, au personnel des établissements d’enseignement supérieur ou de toute autre organisation offrant des programmes de formation des enseignants, intéressés par le concept d’enseignement et d’apprentissage centrés sur l’apprenant.

Les participants issus d’établissements luxembourgeois bénéficient de la prise en charge de leurs frais de déplacement, séjour et inscription (remboursement sur base des frais réels encourus) ainsi que de l’accompagnement par le personnel de Anefore et de celui de l’agence nationale organisatrice.

En cas d’intérêt de votre part, nous vous invitons à adresser votre demande par courriel à Anefore (info@anefore.lu) dans les meilleurs délais et au plus tard pour le 15 mai 2019 en complétant, signant et envoyant à Anefore le formulaire de candidature ci-dessous.

Sur base des formulaires réceptionnés et des places disponibles, Anefore procède à une sélection parmi les candidats. Elle se charge ensuite de transmettre à l’Agence nationale hôte les noms des participants sélectionnés, qui s’engagent à répondre à toute demande d’information provenant de l’Agence nationale hôte.


Date:

Du 02 octobre 2019

Au 04 octobre 2019

Lieu:

Bratislava (Slovaquie)

Corrigendum – Guide du programme Erasmus+ 2019

Description du document Langue
Corrigendum – Guide du programme Erasmus+ 2019