Soutien à la réforme des politiques

L’action Projets de dialogue pour la jeunesse soutient la participation active des jeunes à la vie démocratique et encourage le débat sur des sujets articulés autour des thèmes et des priorités définis par le dialogue structuré et le cadre politique renouvelé dans le domaine de la jeunesse.

Objectif

Les projets de dialogue pour la jeunesse concernent des discussions entre les jeunes et les décideurs politiques dans le domaine de la jeunesse visant à déboucher sur des résultats utiles au processus décisionnel. Ils peuvent prendre la forme de réunions, de conférences, de consultations ou de manifestations. L’un des résultats concrets de ces activités est la possibilité, pour les jeunes, de faire entendre leur voix (en formulant des positions, des propositions et des recommandations) sur la manière dont les politiques pour la jeunesse devraient être élaborées et mises en œuvre en Europe.
Les activités sont menées par des jeunes ; les jeunes participants doivent être activement associés à tous les stades du projet, de la préparation au suivi. Les principes et pratiques de l’apprentissage non formel sont pris en considération tout au long de la mise en œuvre du projet.
Des réunions statuaires d’organisations ou de réseaux d’organisations ainsi que des évènements sous influence politique ne sont pas éligibles à une subvention au titre du dialogue structuré.

Activités soutenues
  • Rencontres nationales et séminaires transnationaux qui facilitent l’information, les discussions et la participation active des jeunes – en dialogue avec les décideurs du secteur jeunesse – sur des thèmes d’importance au dialogue structuré ou à la mise en œuvre de la stratégie de jeunesse de l’UE ;
  • Réunions nationales et séminaires transnationaux préparant le terrain pour les conférences officielles de l’Union sur la jeunesse, organisées tous les six mois par l’Etat membre assumant la présidence de l’UE ;
  • Activités ayant pour but l’information sur la discussion de thèmes de politique de jeunesse liés aux activités pendant la « semaine européenne de la jeunesse » ;
  • Consultation de jeunes pour déterminer les besoins concernant la participation à la vie démocratique (consultations en ligne, sondages, etc.) ;
  • Rencontres et séminaires, activités d’information et de débats entre jeunes et décideurs/experts sur le thème de la participation des jeunes à la vie démocratique ;
  • Activités ayant pour but de simuler le fonctionnement d’institutions démocratiques et le rôle des décideurs.
Bénéficiaires
  • les organisations à but non lucratif/non gouvernementales ;
  • les organismes publics au niveau local ou régional ;
  • les organismes actifs dans le secteur de la jeunesse au niveau européen.
Modalités pratiques

Un séminaire de jeunesse transnational nécessite au moins 2 organisations partenaires d’au moins 2 pays différents (pays programme & pays partenaires voisins de l’UE). Au moins un partenaire doit venir d’un pays du programme. Les organisateurs de séminaires de jeunesse nationaux n’ont pas besoin d’organisations partenaires.

Chaque projet requiert la participation d’au moins 30 jeunes âgés entre 13 et 30 ans.
Les décideurs/experts peuvent participer indépendamment de leur âge ou de leur pays d’origine.

La durée des projets se situe entre 3 et 24 mois.

Candidature

Le dépôt de candidature se fait auprès de l’agence nationale de l’organisation coordinatrice du projet, au plus tard :

  • le 11 février 2020 à 12 heures (heure de Bruxelles) pour les projets débutant entre le 1er mai et le 30 septembre de la même année;
  • le 7 mai 2020 à 12 heures (heure de Bruxelles) pour les projets débutant entre le 1 er août et le 31 décembre de la même année;
  • le 1er octobre 2020 à 12 heures (heure de Bruxelles) pour les projets débutant entre le 1 er janvier et le 31 mai de l’année suivante.

Rapport : « Exploring inclusion in Erasmus+ Youth in Action: Effects of social inequalities on learning outcomes »

Le rapport « Exploring inclusion in Erasmus+ Youth in Action » analyse comment différents aspects de l’inégalité sociale affectent les acquis d’apprentissage des jeunes qui ont participé à un projet Erasmus + Jeunesse.

Une chercheuse luxembourgeoise, Christiane Meyers de l’Université du Luxembourg, figure parmi les auteurs du rapport. L’étude à laquelle elle a participé se base sur une analyse secondaire des données collectées par le biais d’enquêtes (d’octobre 2017 et de mai 2018) dans le cadre du projet de recherche RAY « Research-based analysis of European youth programmes ».

Les chercheurs explorent comment des jeunes de conditions sociales inégales (du point de vue  de l’éducation, de la situation professionnelle, de la participation à la société civile et à la vie démocratique, de la migration ou appartenance à une minorité, de la mobilité) évaluent l’apprentissage de certaines compétences. Dans un premier temps, l’analyse s’est concentrée sur l’apprentissage de compétences dans trois domaines de la participation à la société et à la vie démocratique :  l’interaction interculturelle, l’apprentissage, ainsi que le développement personnel.

L’analyse montre que les jeunes présentant des inégalités sociales bénéficient des projets Erasmus+ Jeunesse à niveau égal voire supérieur aux autres participants. Ceci ressort en prenant comme exemple deux des facteurs analysés, à savoir les inégalités liées à la mobilité et celles relatives à l’éducation. Les jeunes qui n’ont jamais voyagé à l’étranger avant leur participation au projet Erasmus+ estiment que leurs résultats d’apprentissage sont plus élevés pour les trois compétences analysées. Par ailleurs, les participants dont les parents ont un faible niveau d’instruction et qui rencontrent des obstacles d’accès à l’éducation ont eu de meilleurs résultats d’apprentissage.

Une conclusion importante peut être tirée de ces résultats : contrairement à « l’effet Matthieu » couramment observé dans les contextes éducatifs formels, les projets Erasmus+ Jeunesse ne renforcent pas les inégalités d’apprentissage parmi les jeunes. En fait, les jeunes défavorisés qui participent à un projet Erasmus+ Jeunesse obtiennent en général des résultats d’apprentissage similaires à ceux des autres participants. Pour certains des aspects analysés (niveau d’éducation des parents, origine migratoire, séjour ou non à l’étranger, perception subjective des obstacles d’accès à l’éducation, au travail, à la mobilité ou à la participation à la société ou à la politique), il y a même un léger indice que les jeunes qui ont moins d’opportunités obtiennent de meilleurs résultats.

Vous pouvez accéder au rapport complet sur la plateforme internet du réseau RAY.

The Sustainability Academy – 5Rs in Youth work

Les habitudes et comportements nocifs des humains mettent non seulement en danger l’environnement, mais en outre ils auront des conséquences sur la vie des futures générations.
Avec leur mouvement « Fridays for future », les jeunes de nombreux pays ont exprimé leurs inquiétudes par rapport à la pollution des mers et au changement climatique. À travers cette action, ils ont plaidé pour un changement au niveau politique et pour une responsabilisation au niveau individuel.
Dans ce contexte, il est clair que le travail de jeunesse lui non plus ne peut pas continuer comme avant. Une formation en ligne de 4 semaines est offerte aux animateurs de jeunes : la « Sustainability Academy », qui met l’accent sur le travail de jeunesse durable.
Cette formation utilisera la méthode du « Design Thinking » : nous nous concentrerons sur les principes du développement durable, l’entrepreneuriat social et l’économie circulaire pour apprendre à appliquer ces concepts au travail de jeunesse.
La formation se déroulera intégralement en ligne. Elle comprend 2 séances de cours fixes par semaine et inclut plusieurs groupes de travail et d’apprentissage individuel. La session de cours s’étendra du 14 septembre au 9 octobre 2020.

Public cible

Cette formation s’adresse aux responsables, éducateurs et travailleurs de jeunes dans le cadre de maisons de jeunes, qui sont intéressés à développer davantage cette thématique avec leurs jeunes et à y adapter leurs pratiques.

Objectifs

Les objectifs de la formation sont les suivants :

  • Comprendre les défis environnementaux et sociaux actuels et la façon dont les jeunes peuvent les aborder via les 5R : réutiliser, réduire, recycler, repenser, refuser
  • Repenser la façon d’agir actuelle : préparer les jeunes à créer en commun un monde plus circulaire et durable
  • Identifier les outils déjà existants utilisés dans le travail de jeunesse et le travail communautaire au Luxembourg et en Europe (à travers des visites virtuelles de projets innovateurs)
  • Élaborer ensemble des solutions potentielles qui pourraient être multipliées aux niveaux local et européen
  • Apprendre le processus du « Design Thinking » pour l’appliquer à résoudre un défi concret
  • Échanger entre professionnels luxembourgeois et européens afin de trouver des solutions aux défis qui se posent aux maisons de jeunes et pour mieux répondre aux besoins des jeunes
  • Faire l’inventaire des différents modèles de maisons de jeunes existant au Luxembourg et en Europe
  • Élaborer des approches et des concepts alternatifs réalisables dans des maisons de jeunes au niveau local.

Inscription

La participation est gratuite, mais l’inscription en ligne est obligatoire. La participation à l’intégralité du programme est requise.

La formation se déroulera en anglais.

La date limite de candidature est le 20 juillet 2020.

Date:

Du 14 septembre 2020

Au 09 octobre 2020

Lieu:

Luxembourg

Corrigendum – Guide du programme Erasmus+ 2020 (version3)

Description du document Langue
Corrigendum – Guide du programme Erasmus+ 2020 (version3)

Formulaire de candidature – Projets de dialogue jeunesse KA347

Description du document Langue
Formulaire de candidature – Projets de dialogue jeunesse KA347