Le volontariat

Les activités du Corps européen de solidarité donnent aux jeunes de 18 à 30 ans l'occasion d’exprimer leur engagement personnel par un service volontaire non rémunéré et à temps plein dans un autre pays ou dans leur pays de résidence. Les jeunes volontaires ont ainsi la possibilité de participer au travail quotidien d’une organisation œuvrant, par exemple, dans le domaine de la protection de l’environnement ou de l’inclusion sociale, où ils pourront développer leurs compétences et s’engager dans l'intérêt de la communauté locale.

Les projets de volontariat peuvent inclure des activités nationales ou transnationales, en individuel ou en équipe.

Les projets de volontariat transnationaux impliquent au moins deux organisations participantes (organisations d’envoi et d’accueil) issues de différents pays. Les activités nationales de volontariat peuvent être réalisées par une seule organisation.

La participation à une activité de volontariat doit être gratuite pour les volontaires, à l’exception d’une éventuelle participation propre à des frais de voyage.

Un agrément national est requis par toute organisation d’accueil ou d’envoi implantée au Luxembourg proposant aux jeunes des services volontaires plein-temps, dont la durée se situe entre trois et douze mois.

Les activités de volontariat individuel
  • ont lieu à l’étranger ou dans le pays de résidence du volontaire
  • doivent impliquer au moins deux organisations participantes (d’envoi et d’accueil) issues de différents pays (à l’exception des projets nationaux)
  • ont une durée de 2 à 12 mois (sauf pour le volontariat pour jeunes défavorisés, dont la durée minimale est de 2 semaines)
  • sont réalisées à temps plein (30-38 heures par semaine)
  • s’adressent aux jeunes entre 18 et 30 ans inscrits au Corps européen de solidarité
Organisations souhaitant déposer une demande

Le cofinancement par le programme est lié à la condition que toute organisation participante détienne une accréditation Erasmus+, respectivement un Label de qualité et un agrément national.

Les équipes de volontaires
  • sont des groupes de minimum 10 et maximum 40 jeunes, dont au moins un quart provient de l’étranger
  • doivent impliquer au moins deux organisations participantes (d’envoi et d’accueil) issues de différents pays
  • leurs membres sont des jeunes entre 18 et 30 ans enregistrés au Corps européen de solidarité
  • les activités ont lieu à l’étranger ou dans le pays de résidence des volontaires. visent prioritairement les jeunes défavorisés et ont une durée de 2 semaines à 2 mois.
Organisations souhaitant déposer une demande
  • les équipes de volontaires doivent impliquer au moins une organisation d’accueil
  • toute organisation participante doit détenir une accréditation Erasmus+, respectivement un Label de qualité

Pour plus de détails consultez le Guide du programme.

Brexit : un règlement d’urgence pour assurer la continuité des activités de l’action clé 1

Quelles seront les conséquences du Brexit sur le programme Erasmus+?

Quel que soit le résultat des négociations entre l’Union européenne (UE) et le Royaume-Uni, il est très probable que le Brexit entraînera des changements au niveau du programme Erasmus+. Mais à l’heure actuelle, rien n’est encore défini.

En attendant, voici les dernières informations communiquées par la Commission européenne sur la manière dont la sortie du Royaume-Uni pourra affecter les organisations et les individus.

  1. Premier cas de figure: le Royaume-Uni ratifie l’accord conclu avec l’UE.
    Au cas où l’accord de retrait conclu avec l’UE entre en vigueur, le Royaume-Uni continuera de participer au programme Erasmus+ jusqu’à sa clôture, aux mêmes conditions que les États membres de l’UE. Il n’y aurait donc aucun changement concernant les projets en cours.
  2. Seconde alternative: le Royaume-Uni quitte l’UE sans accord.
    Pour le cas où le Royaume-Uni se retirerait de l’Union européenne sans accord (“no-deal scenario”), le Conseil européen vient d’approuver, le 19 mars 2019, un règlement d’urgence pour éviter que les activités de mobilité apprenante Erasmus+ impliquant le Royaume-Uni ne soient perturbées.

Ce règlement entrera en vigueur uniquement en cas de « no-deal », à partir du lendemain de la date où les traités cesseront de s’appliquer au Royaume-Uni.


À qui s’applique ce règlement d’urgence?

Ces mesures couvrent les activités actuellement en cours de la mobilité apprenante (action clé 1) telle que définie par le règlement du programme Erasmus+:

  • Étudiants de tous cycles de l’enseignement supérieur
  • Élèves et apprentis de la formation professionnelle
  • Jeunes en mobilité apprenante et volontariat
  • Personnel des établissements du domaine de l’enseignement et de la formation
  • Personnes et organisations travaillant dans le domaine de la jeunesse.

Il couvre également les activités du Corps européen de solidarité.

Sont concernées les mobilités entrantes et sortantes impliquant le Royaume-Uni. Par exemple, des étudiants de l’UE en Grande-Bretagne ou des Britanniques en mobilité d’études ou de stage dans un des pays du programme Erasmus+.


À quoi sert ce règlement provisoire?

L’objectif de ces mesures est que les personnes actuellement en mobilité à l’étranger pour des activités financées par le programme Erasmus+ puissent poursuivre leurs activités sans devoir interrompre leur période de mobilité.

Le règlement d’urgence Erasmus+ vise ainsi à éviter l’impact désastreux qu’un scénario de « non-accord » aurait sur des citoyens qui se trouveraient à l’étranger le jour où le Royaume-Uni quitte l’Union.


Quel est le principe général?

Toutes les activités de l’action clé 1 qui ont été entamées avant la sortie du Royaume-Uni de l’UE peuvent être poursuivies, et cela jusqu’à 12 mois après cette date. Elles continueront d’être soutenues par le programme Erasmus+ via le financement prévu à cet effet au budget général de l’UE.

Les activités du Corps européen de solidarité pourront également se poursuivre, si elles ont débuté avant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.


Quid des mobilités Erasmus+ après la date officielle du Brexit?

En ce qui concerne les activités prévues après le départ sans accord du Royaume-Uni, il existe un risque qu’elles ne pourraient plus être cofinancées.

Dans ce contexte, et pour assurer la continuité des engagements contractés, la Commission a proposé le 30 janvier 2019 un règlement horizontal d’urgence concernant notamment l’exécution du budget 2019 et les conditions d’éligibilité du Royaume-Uni, une fois que ce dernier aura cessé d’être un pays membre de l’UE.

Sous réserve d’acceptation de ce règlement par le Conseil européen, ces mesures pourraient permettre à l’UE d’honorer ses engagements et de réaliser des paiements en direction de bénéficiaires du Royaume-Uni. Une condition à cela serait évidemment aussi que le Royaume-Uni honore ses obligations financières contractées dans le cadre du budget 2019 et qu’il accepte les contrôles et audits y relatifs.

Ces mesures d’urgence pourraient contribuer à atténuer l’impact significatif d’un scénario de « non-accord » dans un large éventail de domaines bénéficiant d’un financement de l’UE.
Il est cependant encore trop tôt pour dire si ce projet sera adopté et si les conditions seront remplies par le Royaume-Uni.


Pour en savoir plus

Pour des informations plus précises concernant vos projets Erasmus+ ou Corps européen de solidarité, qui impliquent éventuellement la participation du Royaume-Uni, contactez-nous.


Plus d’informations:

Communiqués de presse (19 mars 2019):

Erasmus+ Summerfest

SAVE THE DATE !

Anefore vous invite à son

Erasmus+ Summerfest

le mardi 9 juillet 2019 à partir de 17.00

sur le site de l’eduPôle à Walferdange

Merci de marquer cette date dans vos agendas.

L’invitation officielle vous sera envoyée dans les meilleurs délais et le programme de la conférence sera bientôt disponible sur notre site web.
Date:

Du 09 juillet 2019

Au 09 juillet 2019

Lieu:

éduPôle Walferdange