Enseignement supérieur

HE

Le programme Erasmus+ vise à moderniser les systèmes d’enseignement supérieur, accroître l’excellence de l’enseignement supérieur européen et contribuer à la réalisation d’un espace européen de l’enseignement supérieur. Il permet aux étudiants et au personnel de l’enseignement supérieur de développer leurs compétences grâce à des périodes de mobilités à l’étranger. Il favorise les coopérations transnationales entre établissements d’enseignement supérieur (EES), ainsi que la collaboration avec le monde de l’entreprise.

Le programme Erasmus+ pour l’enseignement supérieur s’attache prioritairement à la réalisation des objectifs suivants :

  • contribuer aux objectifs de modernisation et d’internationalisation de l’enseignement supérieur, qui comprennent cinq priorités :
    • augmenter les niveaux de qualification pour former les diplômés et les chercheurs dont l’Europe a besoin ;
    • améliorer la qualité et la pertinence de l’enseignement supérieur ;
    • relever la qualité grâce à la mobilité et à la coopération transnationale ;
    • faire le lien entre l’enseignement supérieur, la recherche et les entreprises pour favoriser l’excellence et le développement régional
    • améliorer la gouvernance et le financement ;
  • appuyer la mise en œuvre de la communication de 2013 sur l’ouverture de l’éducation, en encourageant la conception de nouveaux modes d’enseignement.

Le programme favorise ainsi :

  • les actions de mobilité dans un autre pays pour les étudiants, les enseignants et le personnel administratif des établissements et institutions d’enseignement supérieur pour des périodes d’études ou de stage pour les étudiants, respectivement des mobilités de formation ou des missions d’enseignement pour le personnel (Action clé 1) ;
  • les actions de coopération par le biais des partenariats stratégiques, des alliances de la connaissance ou des projets de développement des capacités (Action clé 2) ;
  • les actions de soutien à la réforme des politiques visant à moderniser l’enseignement supérieur à l’échelle européenne (Action clé 3).

La Charte Erasmus+ pour l’enseignement supérieur

Pour participer aux différentes actions du programme, les établissements de l’enseignement supérieur (EES) issus des pays participants doivent être titulaires de la Charte Erasmus+ pour l’Enseignement supérieur (ECHE).

Cette charte définit le cadre qualitatif des coopérations européennes et internationales des EES, renforce les actions du programme Erasmus+ concernant l’enseignement supérieur et favorise ainsi la modernisation et l’internationalisation de l’enseignement supérieur.

Par l’ECHE, les EES confirment que leur participation au programme Erasmus+ s’inscrit dans le cadre général de leur stratégie de modernisation et d’internationalisation. Conformément aux principes de cette stratégie, ils s’engagent à reconnaître le rôle de la mobilité des étudiants et du personnel et à soutenir des projets de coopération visant à améliorer l’offre de formation proposée aux étudiants.

Chaque année, la Commission européenne publie un appel à propositions vers février-mars.

La liste des ESS titulaires de la Charte est publiée et mise à jour sur le site de la Commission européenne.

La validité de l’ECHE s’étend à toute la période 2014-2020.

Les EES des pays partenaires ne sont pas concernés par l’ECHE, mais les exigences règlementaires pour les accords bilatéraux sont renforcées pour les mobilités en provenance ou à destination des pays tiers.


Le Processus de Bologne

Le processus de Bologne a pour objectif de mettre en place un espace européen de l’enseignement supérieur. Destiné à favoriser la mobilité, la lisibilité et l’attractivité de l’espace européen de l’enseignement supérieur (EEES), le processus de Bologne se construit autour de 3 grands principes :

  • organiser des études en 3 cycles (Bachelor – Master – Doctorat) ;
  • développer les outils de la reconnaissance académique et professionnelle (ECTS, supplément au diplôme Europass, European Qualifications Framework) ;
  • mettre en place une démarche qualité.

Par ailleurs, les conférences ministérielles successives ont précisé les orientations et consolidé les réformes autour de plusieurs thématiques:

  • la mobilité ;
  • l’approche centrée sur l’étudiant et les compétences ;
  • la validation des acquis de l’expérience ;
  • la formation tout au long de la vie ;
  • les cadres de qualifications européens et nationaux ;
  • l’employabilité ;
  • la dimension sociale ;
  • la promotion de la dimension européenne de l’enseignement supérieur ;
  • la promotion de l’attractivité de l’espace européen de l’enseignement supérieur avec les établissements et les étudiants ;
  • le rapprochement avec l’espace européen de la recherche ;
  • la dimension internationale.

Pour plus d’informations

Quelles politiques et mesures nationales existe-t-il en Europe pour permettre aux migrants d’intégrer l’enseignement supérieur? Quel rôle l’enseignement supérieur joue-t-il dans l’intégration des réfugiés et des demandeurs d’asile?

Le nouveau rapport publié par le réseau Eurydice, ‘Integrating Asylum Seekers and Refugees into Higher Education in Europe: National Policies and Measures’, thématise les politiques et mesures nationales qui existent en Europe par rapport à l’intégration des réfugiés et demandeurs d’asile au sein de l’enseignement supérieur.

De nombreux demandeurs d’asile et réfugiés qui sont arrivés en Europe en 2015 et 2016 ont appartenu à la tranche d’âge typique de l’enseignement supérieur. Certains avaient déjà entamé des études universitaires dans leur pays d’origine.

L’intégration des étudiants demandeurs d’asile au sein des systèmes d’enseignement supérieur européens est bénéfique tant pour ces personnes elles-mêmes que pour leur pays d’accueil.

Cependant il est difficile pour les pays d’accueil de bien réussir à gérer l’intégration de personnes rescapées de situations de conflit traumatisantes et qui ne disposent pas toujours des capacités linguistiques ou autres qui leur seraient utiles dans leur nouvel environnement.

Dans de nombreux cas, les étudiants potentiels doivent d’abord apprendre la langue du pays d’accueil et s’adapter à un nouveau système d’enseignement. Pour cela, ils ont besoin d’informations et de conseils adéquats ainsi que de programmes préparatoires adaptés à leurs besoins.

Les pays hôtes doivent offrir un important soutien psychologique et financier aux réfugiés. Par ailleurs, ils doivent trouver le moyen d’évaluer et de reconnaître des parcours d’apprentissage qui ne peuvent souvent pas être documentés par des certificats. Pour ces raisons, il est essentiel que la planification et les actions en vue de l’intégration de ces personnes soient organisées au niveau systémique.

Le rapport Eurydice au sujet de ces problématiques est structuré en deux parties:

  • Dans la première, il établit le contexte général, en retraçant l’évolution de l’immigration vers l’Europe des dernières années à travers une sélection d’indicateurs statistiques sur les flux migratoires.
  • À partir de cette base, la deuxième partie du rapport offre un aperçu des politiques, stratégies et mesures que les pays européens mettent en œuvre pour intégrer les demandeurs d’asile et réfugiés dans leur système d’enseignement supérieur.

En conclusion, il ressort du rapport Eurydice que malgré l’absence d’approches politiques spécifiques dans la plupart des pays, quelques pays ont développé de bonnes pratiques par rapport à des questions comme la reconnaissance des qualifications non documentées, le soutien à l’apprentissage des langues, l’aide financière et les services d’orientation personnelle.


ERASMUS+ INFO DAY : RÉUNION D’INFORMATION SUR LES PARTENARIATS STRATÉGIQUES (KA2)

Afin d’offrir du soutien aux institutions souhaitant déposer une candidature, Anefore organise une réunion d’information dédiée aux partenariats stratégiques dans les secteurs de l’enseignement et de la formation professionnels (EFP), de l’enseignement supérieur et de l’éducation des adultes.

Cette réunion se tiendra le mardi 19 février 2019 de 14.30 à 16.30 heures dans les locaux de Anefore. L’objectif est de répondre aux questions des organisations qui souhaitent déposer une candidature dans le cadre de l’appel à propositions 2019.

La participation à la réunion d’information est gratuite mais sur inscription uniquement.

En cas d’intérêt ou pour toute question, veuillez vous adresser à Madame Doris Mulombe (doris.mulombe@anefore.lu – Tél. : 247 85962).

Date:

Du 19 février 2019

Au 19 février 2019

Lieu:

Anefore
eduPôle Walferdange
Bâtiment 03 - étage 01
Route de Diekirch
L-7220 Walferdange

International Credit Mobility – Guide de référence pour les institutions sélectionnées

Description du document Langue
International Credit Mobility – Guide de référence pour les institutions sélectionnées

Formulaire de demande d’accréditation – KA108 – Mobilité des individus

Description du document Langue
Formulaire de demande d’accréditation – KA108 – Mobilité des individus